Face à la pénurie de carburant, faisons le plein dans les transports en commun

A

Face à la pénurie de carburant, notre région doit mettre à disposition ses services publics pour soutenir les Francilien·nes dans leur déplacements quotidiens.

Depuis quelques jours, les grèves inédites des employé·es des raffineries de pétrole se généralisent entraînant de grandes pénuries de carburant, notamment en Île-de-France. Alors que le géant pétrolier Total a généré 10,6 milliards de dollars de bénéfices au premier semestre 2022, ses salarié·es des raffineries françaises demandent, à juste titre, des hausses de salaires pour essayer de vivre dignement de leur travail alors que l’inflation avoisine en France les 6% ce mois-ci. 

Notre dépendance aux énergies fossiles nous rappelle une fois de plus que la crise climatique et la crise sociale sont liées et que nous devons résolument engager notre société vers une économie décarbonée. Le manque d’investissement vers des modes de transports moins polluants oblige une part de la population d’Île-de-France à utiliser leur voiture thermique quotidiennement. Pour répondre à l’urgence de la pénurie de carburant nous, élu·es écologistes, demandons à ce que la région : 

  • Laisse l’accès libre au métro, RER et Transilien jusqu’à un retour à la normale
  • Augmente l’offre de transport là où c’est nécessaire ;
  • Lance dès maintenant une communication dédiée au covoiturage et à l’entraide dans les territoires les moins bien dotés en transports en commun ;
  • Expérimente une opération de prêt gratuit de Véligo pour faciliter les déplacements de courtes distances. 

Nous avons plus que jamais besoin d’un service public des transports pour accompagner les Francilien·nes dans leur quotidien et leur permettre d’accéder facilement à une alternative à la voiture individuelle.

Date de publication :