Les 10 fausses promesses de Valérie Pécresse

A

Mis en débat les 13, 14 et 15 décembre, le budget pour 2022 proposé par l’exécutif de droite présidé par Valérie Pécresse est hors-sol. 

Il ne répond pas à l’urgence climatique, il ignore l’urgence sociale, il oublie l’urgence sanitaire. Pour preuve, toutes les aides COVID ont disparu et le Plan d’urgence Santé COVID 19 n’est même pas reconduit à cette heure.

La région ne jure que par la reprise, la compétitivité, l’attractivité. Déconnectée, elle accumule les ratios pour plaire aux agences de notation et aux banques… Les Francilien·nes, eux, peuvent attendre.

Derrière les annonces clinquantes, la réalité est toute autre : à 3 jours de la séance budgétaire, nous voulons rétablir la vérité. En 10 points, voici la vraie politique de la droite régionale !

#1 : 1€ sur 2 pour l’Environnement

L’exécutif régional prétend investir 1€ sur 2 en faveur de politique pour la préservation de l ‘environnement et la biodiversité francilienne. Un affichage qui ne se traduit pas dans les faits. Nous vous invitons à consulter le jaune budgétaire ici pour plus de détails et comprendre l’entourloupe !

 Le Conseil économique et social (CESER) s’en inquiète :

« Cette stagnation [du budget de fonctionnement] est en légère baisse se traduisant par une réduction des crédits affectés à l’Institut Paris Région (IPR), à l’Agence des espaces verts (AEV) ainsi qu’au budget participatif. Cette stagnation ne peut être qu’un frein à la mise en œuvre d’un budget d’investissement plus conséquent, comme souligné précédemment. De plus, il est également possible de remettre en cause l’intensité de la transformation écologique initiée à l’observation de la réduction des 2/3 des crédits d’investissement relatifs à l’efficacité énergétique et au développement des énergies renouvelables« 

CESER, avis du 08 décembre 2021, page 11

#2 : Création d’un Revenu Jeune Actif

Début 2021, en pleine campagne régionale, l’exécutif régional annonce à grand renfort de communication la création d’un “Revenu Jeune Actif (RJA)”, pour les 18-25 ans. En réalité, le RJA n’a rien de neuf et d’innovant : il ne concerne qu’une infime partie des jeunes, relève des compétences obligatoires de la région en matière de formation professionnelle et s’inscrit dans le Plan de relance État/région. Quant à la rémunération annoncée, elle est réglementaire et fixée par décret. La région applique juste la loi.

#3 : 1 milliard d’euros pour le Val-D’Oise

En novembre 2019, Valérie Pécresse annonçait une aide financière régionale pour le Val-d’Oise d’1 milliard d’euros.

Aujourd’hui, des projets majeurs comme le lycée de Cormeilles-en-Parisis et le prolongement du T11, n’ont toujours pas vu le jour et nous n’avons aucune idée de la réalité de l’investissement régional dans ce département.

Ainsi, dans son avis sur le « Budget primitif 2022 de la Région Ile-de-France », le CESER
«  regrette l’absence, cette année encore, d’une présentation consolidée des financements exceptionnels fléchés vers le Val-d’Oise et annoncés par la Présidente de Région en 2019, qui répondaient à une attente forte des acteurs et populations concernés« .

CESER, avis du 08 décembre 2021, page 8

#4 : 1 milliard d’euros pour la Santé

Comme pour le milliard au Val-d’Oise, nous n’avons aucune donnée précise sur ce que recouvre cette somme. Certains financements régionaux n’ont été que ponctuels et ne sont  même  pas reconduits – c’est le cas du Plan Santé Urgence Covid-, des lignes qui existaient auparavant n’ont toujours pas été rétablies, le budget de la prévention, sur le SIDA par exemple, est en stagnation et, hors les formations, l’investissement est même divisé par deux ! Face aux inégalités en santé qui se renforcent et à l’approche d’une cinquième vague, nous sommes très inquiets du sous-investissement de la région en matière d’accès aux soins. Et ce ne sont pas les 500 lits modulaires co-financés par l’Europe qui résoudront cette question.

#5 : Sécuriser l’emploi francilien

Depuis 2015, la politique régionale en faveur de l’emploi est très fragile. La réforme de l’apprentissage, en  2018, a retiré la compétence aux régions. Toutefois, nous voyons que l’exécutif régional s’est désengagé sur la question de l’emploi dès 2016. Notamment avec la suppression des emplois tremplins qui avait un triple objectif : accompagner les publics rencontrant des difficultés d’insertion professionnelle vers l’emploi ; soutenir les associations et l’économie sociale et solidaire pour faciliter l’exercice de leurs missions ; appuyer les politiques régionales en ciblant les projets financés.

#6 : La révolution des transports

L’exécutif régional avait annoncé la révolution des transports à son arrivée en 2016. Aujourd’hui, presque 6 ans plus tard, à part les dérapages financiers, les retards des chantiers, les transports toujours autant sur-chargés, la baisse du budget dédié à l’accessibilité des transports en commun, la dette d’IDF-Mobilités … nous sommes extrêmement perplexes et inquiets pour l’avenir des transports franciliens. De plus, la proposition de l’exécutif régional de l’ouverture des transports à la concurrence va aggraver la situation déjà très tendue de nos transports, et va surtout dégrader le cadre et les conditions de travail des salarié·es aux risques d’affaiblir la qualité du service aux usager·es.

#7 : Soutien aux territoires ruraux

Après les séances de novembre 2021 portant sur les orientations budgétaires, Valérie Pécresse a annoncé aux maires ruraux franciliens l’augmentation du plafond des contrats ruraux (CoR) afin de subventionner davantage de projets.
Plus 130 000 euros d’assiette supplémentaire pour une commune rurale, ce n’est pas rien ! Surtout lorsque cette promesse vient au moment de la collecte des parrainages. 

Pourtant, rien dans le budget 2022 ne laisse paraître cette augmentation. Tout comme les précédentes annonces pour les territoires ruraux. C’est ce que pointe le CESER.

« Le Ceser se souvient que des dépenses importantes ont été annoncées par l’Exécutif régional pour permettre aux territoires agricoles et ruraux d’Ile-de-France de répondre aux enjeux de demain : 150 M€ sur 5 ans en ce qui concerne le pacte agricole ; 1 M€ au titre du plan régional pour une alimentation locale, durable et solidaire, sans oublier les engagements pris dans le cadre du pacte rural. Il souhaite donc que les mises en œuvre de ces différents engagements continuent de répondre aux fortes attentes du monde rural et agricole. »

CESER, avis du 08 décembre 2021, page 8

#8 : Zéro lycée indigne en Ile-de-France

Depuis des années, nous alertons régulièrement l’exécutif sur l’état des lycées : manque d’agent·es régionaux·ales, malfaçons dans la rénovation du bâti, retard dans les chantiers des lycées, financement insuffisant, …

Le mois dernier, un rapport de la Chambre régionale des Comptes nous a donné raison sur la gestion délétère de nos lycées. Le rapport est accablant et sans appel.

« L’état des lieux a mis en évidence que 190 lycées, soit 41 % du parc, devaient faire l’objet d’une rénovation globale. […] Au vu de ce diagnostic, la région a arrêté un programme de rénovation des lycées par délibération CP 2017-059 du 8 mars 2017, qui n’a pas complétement repris les conclusions de l’audit. Sur les 190 établissements considérés comme vétustes par l’audit, 43 seulement, soit à peine 23 % des lycées très dégradés, ont été programmés pour entrer en rénovation globale durant la décennie 2017/2027. D’autres établissements devaient faire l’objet d’une rénovation « Toits et Façades » (59 établissements) ou d’une rénovation ciblée (94 établissements). Lors de la modification du PPI intervenue le 4 février 2021, la région a ajouté une vingtaine d’opérations d’amélioration patrimoniales à la liste d’établissements à rénover mais ces rénovations ne seront que partielles. »

Chambre Régionale des Comptes, Avis du 10 mai 2021 « Politique Régionale pour la construction, la rénovation et l’entretien des lycées », page 29

#9 : Bonne gestionnaire du patrimoine

Depuis 2016, l’exécutif régional brade ses biens immobiliers et refuse, malgré son obligation, de nous fournir son bilan patrimonial. Dans son dernier avis, le Ceser précise :

« La Région Ile-de-France a renoncé à acquérir le bâtiment Influence 1 (bâtiment Simone Veil). Avec le bâtiment Influence 2 (bâtiment Victor Hugo), elle est donc locataire de l’ensemble de l’Hôtel de Région, à Saint-Ouen. Le Ceser souhaite connaître non seulement le coût total de cette location mais aussi, plus largement, la stratégie patrimoniale de l’Exécutif régional accompagnée d’un bilan des actifs immobiliers. »

CESER, avis du 08 décembre 2021, page 6

#10 : Investie pour les Francilien·nes

Dans le budget 2022, l’exécutif régional, sans surprise, ferme les yeux, attend la “reprise”, ne jure que par la compétitivité et l’attractivité et collectionne les ratios budgétaires comme des bons points.
1/4 des recettes de fonctionnement épargnées, la possibilité de financer ses investissement à hauteur de 66% avec un taux de désendettement inférieur à 8 années démontrent à quel point la Région IDF a encore de bonnes marges de manœuvre pour améliorer le quotidien des Francilien·nes. 

Mais aucun changement en vue ! En matière de lycées, de jeunesse, d’action sociale, de transports en commun, de logement et d’aménagement, d’environnement, d’économie, de tourisme, de culture, l’exécutif régional confirme n’avoir aucune autre ambition que la préservation de son modèle de gestion. En un mot, l’Ile-de-France économise au moment où elle doit agir !

Le Ceser aussi partage notre point de vue.

« Le Ceser prend également acte des ratios financiers présentés dans ce projet de BP 2022 au nombre desquels des taux d’épargne brute et nette de 24,9 % et 13 %, un taux d’autofinancement de 66 % ainsi qu’une capacité de désendettement de 7 années. Il souligne que ces ratios sont le produit de choix de gestion réalisés par l’Exécutif régional. Il renouvelle son souhait que les marges de manœuvre ainsi générées soient utilisées, dans les prochaines années, en cohérence avec les politiques de l’Etat, à la relance socio-économique de la région Ile-de-France et au bénéfice des Franciliens.« 

CESER, avis du 08 décembre 2021, page 6

Du 13 au 15 décembre se tiendra le vote du budget régional 2022. Nous vous donnons rendez-vous sur nos réseaux sociaux pour suivre les débats et nos interventions. Nous ne manquerons pas de rappeler notre engagement pour une Ile-de-France sociale, solidaire, résiliante, durable et pleinement engagée dans la transition écologique.

Date de publication :