Soutien aux salarié·es de Défi Métiers

A

Défi Métiers est un organisme de service public essentiel en matière de formation professionnelle, d’emploi et d’orientation. L’exécutif régional vient pourtant de fixer sa dissolution. C’est inacceptable. Nous avons saisi le Préfet de région (voir le courrier ci-dessous).

Jeudi 15 septembre, jour du Conseil d’Administration de Défi Métiers pour annoncer sa dissolution, nous sommes allées soutenir les 42 salarié·es et syndicats qui luttent contre sa fermeture.

Monsieur le Préfet,

Par le présent courrier, nous tenons à vous faire part de notre consternation et vive inquiétude face à la décision de l’exécutif régional de mettre fin à la convention constitutive de Défi Métiers (le GIP CARIF-OREF Francilien). C’est par la convocation du Conseil d’Administration du GIP et l’inscription à son ordre du jour que salarié.es, syndicats et partenaires ont appris la liquidation prochaine du GIP.

Sur la forme, la méthode est particulièrement brutale pour les 42 agent·es de la structure. Sur le fond, cette décision est incompréhensible et, en contradiction avec le décret n° 2021-792 du 22 juin 2021 qui a légalement reconnu le réseau des CARIF-OREF et ses missions de service public, et  avec tout le travail et les apports de Défi Métiers, depuis sa création, en faveur de la mise en œuvre des politiques  d’orientation et de formation professionnelle.

La disparition de Défi Métiers va avoir de nombreuses et lourdes répercussions sur les Francilien·nes (jeunes, étudiant·es, demandeurs d’emplois, etc.) et sur les acteurs et partenaires de la formation professionnelle, aux plans de l’accès à l’information, de l’alimentation des bases de données nationales Parcoursup et Afflenet, de l’accompagnement des organismes de formation et des CFA dans la structuration de leur politique handicap ou encore dans la réponse aux indicateurs Qualiopi liés au handicap.

Depuis 1988, Défi Métiers œuvre pour la réussite des politiques publiques d’orientation, de formation professionnelle et d’emploi. La gouvernance de ce GIP CARIF francilien en quadripartite (État, Région, partenaires sociaux, acteurs de la formation professionnelle et les salariés) a également prouvé son rôle essentiel dans la mise en application de ses missions. Très attaché·es aux valeurs et à la continuité des services publics, nous déplorons donc vivement cette décision.

Depuis 2016, nous ne cessons d’alerter sur les conséquences, pour les Francilien·nes, des dissolutions par l’exécutif régional d’organismes associés reconnus comme assumant des missions de service public essentielles. C’est uniquement à des fins d’économies de fonctionnement, selon une stratégie régionale qui se répète, qu’ils sont remis en cause. La dissolution du GIP CARIF francilien en est un nouvel exemple.

C’est pourquoi, nous vous demandons de revenir sur cette décision et de maintenir le GIP en signant la convention constitutive. En effet, le rôle de l’État – dont le financement est à peu près équivalent à celui de la Région – ne peut être négligé dans cette décision. Nous comptons sur les services de l’État pour appuyer la demande des salarié·es et des partenaires sociaux qui souhaitent la sauvegarde de Défi Métiers.

Nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de notre considération distinguée.

Date de publication :