Contrat État-Région IDF-Région Normandie : Charlotte Nenner demande des garanties

A

Il s’agit ici de prolonger encore une fois ce partenariat entre l’État, l’Ile-de-France et la Normandie et nous voterons pour.

Nous saluons l’importance de travailler avec la région voisine sur l’urbanisme et l’aménagement du territoire. Il convient d’ailleurs de l’associer à nos travaux sur le SDRIF-E car d’un point de vue de la décentralisation, et d’un point de vue démographique, il convient ici d’accompagner et de comprendre un mouvement qui s’est accéléré avec la pandémie.

Il ne faudrait pas que la spéculation immobilière et la bétonisation touchent la Normandie, comme elle a touché l’Ile-de-France, à cause des Francilien·nes voulant fuir la pollution de la région capitale.

Sur le volet ferroviaire, il est effectivement important de désaturer l’axe Paris Normandie et on doit tout faire pour que les voyageurs du quotidien ou du week-end, mais aussi les marchandises, prennent le train et non la route.

On note que le plan de voies de Mantes, lié au projet EOLE, est mentionné dans cet avenant. Décidément EOLE et ses surcoûts sont maintenant partout et vont avoir un impact important dans trop de contrats de plan État-Région. Combien de projets importants faudra-t-il abandonner à cause d’EOLE ?

Toujours sur le volet mobilité, nous sommes en faveur du transport fluvial et des projets associés du CPIER. Car, évidemment, les marchandises qui circulent sur la Seine et les affluents, ce sont autant de camions en moins sur la route. Nous soulignons ici l’importance d’avoir un vrai port industriel au Havre et non en Ile-de-France, où ces projets peuvent être trop dévastateurs de la nature.

Enfin sur le tourisme, il semble crucial d’améliorer la véloroute « La Seine à vélo », qui est encore très insuffisante en termes d’aménagement cyclable protégé et comporte encore de nombreux points noirs, notamment en Ile-de-France. 

Je vous remercie.

Play Video