Budget régional 2022 Enseignement Supérieur et Recherche : Intervention de Carine Pelegrin

A

Madame la Présidente,

Messieurs les vice-présidents,

Cher·es collègues,

Pour séduire quelques électeurs situés sur votre droite, non contente de reprendre un slogan de 1986 vous vous appliquez à mettre en œuvre leur programme : vous avez supprimé l’enveloppe dédiée à l’accueil des étudiants internationaux et baissé les crédits pour l’accueil des chercheurs étrangers. Je vous le dis, vous vous trompez de combat car nous sommes une terre d’accueil pour les étudiants étrangers qui viennent se former, grandir et tisser des liens pour permettre à la France de rayonner.

Le CESER, lui, s’interroge sur les moyens et la pérennité des dispositifs de lutte contre la précarité étudiante ! Vous agissez comme si la crise sanitaire n’existait plus en réduisant “l’aide d’urgence – covid” à un demi million en AP et en CP contre 2 millions d’euros en 2021.

Mais vous avez tout prévu avec la mise en œuvre de votre projet de banque régionale des jeunes. Pour se nourrir, les plus précaires auront donc le choix entre continuer de faire la queue dans les banques alimentaires ou faire un emprunt à la région pour subvenir à leurs besoins vitaux. Et pendant ce temps là vous dégradez leurs conditions d’études en réduisant les crédits pour les BU, les espaces de vie étudiante, et les subventions pour les espaces collaboratifs. C’est cela votre vision pour la jeunesse ? Ce ne sont pas nos valeurs !

Et que dire du campus de la recherche en énergies renouvelables sur le plateau de Saclay ? Un cadeau à Total ? Vous développez en Ile de France, un modèle privée-entreprise au détriment de la recherche fondamentale et publique. Le CESER note la baisse des CP pour la recherche et “en période de crise majeure, économiser sur la recherche ne semble pas être le bon pari” !

A la rentrée 2021, c’étaient 30000 étudiant.es “sans fac” ! Il en restait plus d’une centaine fin novembre. Avec vos décisions, nous assistons à la privatisation de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ! Avec vous, étudier devient, de plus en plus, un privilège où les inégalités sont renforcées.

Mais cela ne nous surprend pas car que pouvait-on attendre du budget de l’ancienne ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche qui a introduit la sélection à l’Université ? Rien.

Je vous remercie.

Play Video