Carine Pelegrin rappelle notre attachement et soutien sans faille aux sciences humaines et sociales (SHS)

A

Depuis plusieurs mois, les responsables politiques à droite de l’échiquier focalisent leur énergie à disqualifier certains domaines de recherche en affirmant politiquement qu’ils ne sont qu’idéologies et qu’ils ne respectent pas les règles minimales de la déontologie scientifique.

Cette intrusion du politique, aussi violente que démagogique, nie l’autonomie de l’enseignement supérieur et de la recherche pour faire la promotion de “vérités alternatives” et c’est inacceptable ! À grand renfort de concepts aussi abstraits que vides de sens, des élu·es de droite radicale et d’extrême droite remettent constamment en cause le travail réalisé par les chercheurs et chercheuses des Sciences Humaines et Sociales pour le disqualifier et l’écarter du débat.

Les écologistes réaffirment ici leur soutien aux laboratoires de recherche en sciences humaines et sociales, aux chercheurs et chercheuses qui mènent un travail indépendant et utile à la conception de nos politiques publiques.

À l’heure où l’éco-anxiété, l’isolement lié au télétravail, mais l’impact des nouvelles technologies sur le développement des enfants sont autant de nouveaux sujets d’études, nous ne pouvons pas tourner le dos aux sciences humaines et sociales qui ont toujours su apportés des réponses utiles aux défis de notre société.

Par cet amendement, nous vous demandons que des auditions complémentaires soient réalisées pour inclure davantage les Sciences Humaines et Sociales dans les Domaines d’Intérêt Majeur pour la période 20220-2026. 

Je vous remercie.

Play Video