Le nouveau dispositif « Petits patrimoines naturels » n’est pas à la hauteur des enjeux climatiques

A

Chers collègues.

L’exposé des motifs de ce rapport est réjouissant et semble à la hauteur des enjeux. Nous pourrions le signer des deux mains. La déception n’en a été que plus grande à la lecture de la délibération.

Le nouveau dispositif proposé s’ajoute aux dispositifs existants. S’il est certes utile, il est loin, très loin, des enjeux. Il n’est plus temps des beaux discours. L’urgence écologique et climatique nous oblige à agir. Cela nous a été rappelé d’ailleurs en commission par le représentant du GIEC que nous avons reçu.

Les patrimoines, grands et petits, sont menacés par l’urbanisme densificateur et bétonneur. Je ne prendrais comme exemple que les jardins d’Aubervilliers sacrifiés pour les JOP 2024. Oui, il faut se donner les moyens d’agir.

Or, ce projet se révèle être une opération de communication avec la distribution d’un kit incomplet, d’un logo et d’un panneau. C’est de l’affichage. Ce dont nous avons besoin pour protéger la nature, c’est d’un véritable accompagnement et d’une formation sur la protection de ces espaces. 

La proposition qui est faite aux lauréats consiste, après avoir été labelisés, à les renvoyer vers les dispositifs existants. Nous aurions préféré que des moyens supplémentaires soient accordés à l’AEV [Agences des Espaces Verts], à l’ARB [Agence Régionale de la Biodiversité] voire aux PNR [Parcs Naturels Régionaux]pour accompagner les lauréats dans leur engagement.

Merci.

Explication de vote

Ces échanges sont révélateurs qu’on ne peut se contenter de poser un cautère sur une jambe de bois. Ce nouveau dispositif pour les petits patrimoines naturels en Île-de-France n’est malheureusement pas à la hauteur, vous l’avez compris, à nos yeux.

Vous nous proposez là une opération de communication qui n’aura que de faibles effets sur la réalité de la situation.

Il ne suffira pas de distribuer des médailles en chocolat et de poser de jolis panneaux pour lutter efficacement contre les effets du dérèglement climatique, de la densification urbaine et de la disparition dramatique de la diversité végétale et animale.

C’est une occasion ratée de se donner les moyens d’agir.

Concernant le budget participatif, il y a des avancées qui prennent en compte les remarques issues de l’expérience. Néanmoins, nous regrettons que vous ne nous ayez pas entendus sur le report du lancement de l’appel.

À ce propos, je rappelle qu’en janvier 2022, la présidente a été épinglée par la CNCCFP sur ses comptes de campagne et sanctionnée à hauteur de 5 000 € sur le caractère promotionnel d’une vidéo insérée dans les ordinateurs des lycéennes et lycéens. Je vous invite donc à la prudence en cette période.

Bien que très déçus par la modestie de ce projet, nous voterons POUR ce rapport.

Play Video