Précarité des jeunes : intervention de Jean-Baptiste Pegeon

A

Monsieur le vice-président,

Effectivement on vous remercie d’accepter cette aide exceptionnelle qui est mise en place par la loi de Finance rectificative. On le dit tout nettement, on manque d’une ligne et d’une politique qui soit en faveur de la jeunesse ici. Vous savez votre collègue Madame Dadi disait ce matin sur BFM que la droite n’avait plus d’idées et plus de positions sur les quartiers populaires je crois que c’est encore pire pour la jeunesse parce que manifestement vous ne faites rien pour elle et donc quelles sont les réponses que vous apporter ? C’est mettre en place un dispositif d’Etat ici, pour les logements vous proposez des hôtels, pour les moyens vous proposez des prêts bancaires. Mais comment comptez-vous accompagner cette jeunesse qui a fait la queue dans la rue l’hiver dernier pour la distribution alimentaire, qui en fera probablement de même cette année, qui vit dans des situations de grande précarité. Regardez je vais prendre un très bon exemple que nous vivons en ce moment, la mobilisation des sans-facs, Madame la Présidente qui est venue nous honorer de cinq minutes de présence ce matin était avec son collègue M. Ciotti puisqu’elle passe plus de temps ces derniers jours avec M. Ciotti qu’avec les franciliennes ou les franciliens, à Nanterre pour aller parler d’Eglises, mais pourquoi n’est-elle pas allée voir le collectif des sans-fac qui attendent toujours une solution, qui attendent toujours d’être reçu par Madame la Présidente et qui attendent toujours d’être accompagné par la région pour trouver une place dans la faculté de Nanterre. Dites-nous ici pourquoi vous n’accompagnez pas la jeunesse ? Je vous remercie. On votera pour mais avec beaucoup de déception sur la jeunesse en général. 

Play Video