Schéma Régional ESR : l’université est un service public, un service non marchand pour Carine Pelegrin

A

Monsieur le Président de séance, 

Monsieur le Vice-Président, 

Cher·es collègues, 

Ce schéma régional DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE ET DE L’INNOVATION est tout sauf une surprise. Il reprend l’esprit de la loi SRU, dite loi Pécresse, sur l’autonomie des universités qui a eu pour conséquence de fragiliser budgétairement nombre d’entre elles car elles ne peuvent fonctionner correctement qu’en chassant les financements privés. Malheureusement, en raison de disparités territoriales et d’offres de formations qui attirent plus ou moins les entreprises, toutes les universités ne concourent pas avec les mêmes chances !  

Avec ce schéma, la région avait la possibilité de réparer ses erreurs de 2007, vous avez fait le choix de les amplifier. Répété 28 fois dans le schéma, votre leitmotiv c’est l’attractivité, la course à l’excellence et au partenariat avec le privé, qui met de côté les plus faibles et tout ce qui n’a pas de rentabilité immédiate. 

Bref, pour être en adéquation avec les demandes des entreprises, peu importe l’intérêt général ou les vœux des étudiants, vous oubliez que l’université est un service public, un service non marchand. Vous oubliez que notre priorité est de mettre en place les conditions de la réussite pour tous : étudiantes, étudiants et personnels. 

Nous avons des divergences. 

Sur le fond, les fortes disparités du confort du bâti des universités et écoles sont abordées sous le prisme de la perte d’attractivité notamment pour accueillir chercheurs et chercheuses internationaux.

Pas un mot pour des conditions dignes d’études ou de travail pour les membres de la communauté universitaire. Aucune solution contre la précarité étudiante. 

Pour répondre à l’urgence climatique, c’est vrai pour une fois que vous y pensez, vous souhaitez lancer une conférence régionale des initiatives étudiantes pour le climat où ils partageront leurs expériences, mais aucun budget n’a été prévu pour soutenir les meilleures initiatives et les diffuser. 

Comme d’habitude, vous mettez tout dans la com’ sans traiter le fond du problème. 

Nous vous avions pourtant proposé de placer la transition écologique et sociale au coeur de la recherche académique pour préparer l’avenir, vous avez tourné le dos. 

A tous les étudiants de notre région, vous proposez mille contrats d’étudiants mentors au service des universités, pourquoi pas, c’est un début. Mais là encore, rien est détaillé : nature et durée du contrat, temps de travail, rémunération, missions, coût pour la région,… on nage en plein brouillard. 

Sur la forme, ce qui nous tracasse c’est la composition du comité stratégique où l’on retrouve un membre du Conseil Régional des jeunes qui travaille en tant que juriste spécialisé en droit à la formation professionnelle chez le groupe des industries métallurgiques et de la région parisienne. N’y aurait-il pas un léger conflit d’intérêt ?

Que dire lorsque le Président de la FAGE, lui aussi membre du comité, auditionne lors des Rendez-vous bilatéraux le président de la FAGE… Juge et partie, en termes d’impartialité, avouez que c’est gênant !

Nous disons donc non à votre schéma qui passe complètement à côté des enjeux sociaux et environnementaux et oubli les inspirations des étudiants et des personnels. 

Nous disons non à l’assujettissement de la recherche et de la formation des entreprises et encore une fois non à votre schéma qui est un inventaire à la Prévert sans objectif ni budget.

Play Video