Séance spéciale Ukraine : intervention d’Élodie Bouzid

A

Merci Madame la Présidente,

Mes cher(e)s collègues,

Je tiens à rappeler ici l’engagement du Pole Écologiste sur la question ukrainienne depuis le début de la crise. En effet, nous avons dès le 2 mars, interpeller par courrier la Présidente de région demandant l’expression d’un soutien sans réserve de la région à toutes les initiatives de promotion de la paix en Ukraine et d’aide aux populations victimes du conflit, a ce titre nous avons rappelé que « la paix relève d’une responsabilité collective et se joue au quotidien, partout sur nos territoires ».

Également, dans le même courrier, nous avons demandé l’apport d’un soutien matériel et logistique aux structures de santé ukrainiennes et aux associations humanitaires. Nous avons réclamé une organisation de collectes et de mobilisation du patrimoine régional mais aussi l’accompagnement des collectivités d’Ile-de-France dans la mise en place de lieux d’accueil et d’hébergement des réfugié·es arrivant d’Ukraine.

Parmi nos demandes figuraient également la gratuité des titres de transports ainsi que l’aide à la scolarisation des lycéens et étudiants dans nos établissements.

Toutes ces demandes ont également été relayées via un communiqué de presse paru le même jour.

Par la suite, lors de la séance, pour traduire concrètement ces propositions, nous avons présenté le 23 mars 7 amendements, que nous avons donc accepté de retirer pour nous engager dans un travail de co-construction d’un 2ème rapport qui est donc celui que nous votons aujourd’hui.

Nous nous félicitons du travail de co-construction qui a été mené et qui nous devons l’avouer, est dans sa forme plutôt rarissime dans l’hémicycle. Vous avez donc pu le constater, le Pôle écologiste a pris toute sa part dans ce travail et a porté avec vigueur les questions que nous pensons fondamentales, qu’il s’agisse de :

  • lutte contre les violences sexuelles avec notamment la question des viols de guerre ;
  • santé mentale (Traces réseau clinique, Centre Primo Levi…) ;
  • Soins vétérinaires ;
  • Culture (Artistes en exile).

Ce que nous regrettons toutefois est que certaines associations et axes n’aient pas été retenus, notamment pour tout ce qui concerne les questions d’accès à l’emploi et à l’insertion.

En effet, cette question est au cœur de nos préoccupations et nous l’avions signalé à travers notre courrier affirmant que ces questions d’accès à l’emploi et d’insertion doivent faire partie intégrante de l’Acte II.

Nous serons attentifs à ce que cette question soit traitée et que des aides ultérieures soient pourvues à ces associations afin que la question de l’insertion professionnelle ne reste pas en suspens. Les réfugiés ont besoin de travailler, ils ont besoin d’obtenir des diplômes, pour pouvoir retrouver ne serait-ce qu’un semblant, même minime de normalité. La Région doit donc tout faire pour leur permettre au moins cela.

En effet, le courage des ukrainiens nous responsabilise, il nous oblige, nous devons agir pour notre avenir et c’est pourquoi nous soutenons le peuple ukrainien, ce peuple voisin, qui subit des crimes de guerre inqualifiables.

Nous devons donc agir pour que le conflit cesse, et à l’échelle de la région, agir pour accueillir dans les meilleures conditions, les réfugiés ukrainiens.

Car il n’y a pas de sécurité et paix en Europe ; sans sécurité et paix en Ukraine, la sécurité de l’Europe est celle de l’Ukraine. Et notre paix nous a déjà couté bien trop cher, nous ne laisserons pas l’histoire se répéter, et dès lors condamnons fermement l’agression Russe.

Merci.

Play Video