Voeu de l’UDI sur le renforcement des compétences régionales : « Assumons déjà les nôtres ! »

A

Monsieur le Président de séance,

C’est assez jubilatoire de voir utiliser l’article 72 de la Constitution après le débat que nous avons eu tout à l’heure sur la question de la sécurité. Cet article 72, alinéa 6, est assez intéressant parce que dans « les collectivités territoriales de la République, le représentant de l’État, […] a la charge des intérêts nationaux, du contrôle administratif et du respect des lois« . Complété par la loi de 1982, il nous indique que « le contrôle de légalité exclusif de toute considération d’opportunité« .

C’est assez jubilatoire quand on entend les discours que votre majorité a pu tenir tout à l’heure en disant que le Préfet valide. Non. Le Préfet a l’opportunité de contrôler la légalité et c’est étonnant de vous voir utilisez l’article 72 quand cela vous intéresse et de ne pas l’utiliser quand malheureusement c’est le plus intéressant.

Alors un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Demander un transfert de compétence voudrait dire que nous assumions déjà réellement nos propres compétences.

Alors que les transports franciliens sont en pleine zone de turbulence, qu’Ile-de-France Mobilités (IDFM) a connu deux quasi cessations de paiement, qu’IDFM fait face au mur de la dette, un groupe de la majorité réclame des nouvelles compétences.

Ainsi sur la santé, quand il réclame de nouvelles compétences, je rappelle à notre hémicycle que la présidente de l’EPAPS soutient la fermeture de trois hôpitaux à Longjumeau, Orsay ou Juvisy au profit d’un hôpital high tech sur le plateau de Saclay avec au passage la suppression de 1 000 lits. La même qui reprenait « si on me prend Saclay, il ne me reste plus que les pauvres. Il me reste un million d’habitants qui n’habitent pas à Saclay mais qui sont tirés par la dynamique de Saclay« . Cette présidente de l’EPAPS, je ne vous cache pas qu’elle est aussi présidente de la région. Donc chacun pourra déduire pas d’hôpitaux pour les pauvres et un bel hôpital pour les riches. C’est à-peu-près la vision que vous avez aujourd’hui.

Alors moi j’ai quand même quelques questions pour l’UDI : vous voulez fixer un SMIC régional, d’accord à quel niveau ? Vous voulez avoir la compétence de Pôle Emploi, est-ce qu’il faut rendre aujourd’hui l’argent qui est dans le PRIC ? C’est quand même des questions qui pourraient nous intéresser.

Et enfin, j’ai quand même, quand je vois Madame Moi, qui veut toutes les compétences alors qu’elle n’aime pas le débat, qu’elle ne veut que des mandatements et refusent toujours un minimum de transparence. Que dire du registre de transparence d’ailleurs qui n’existe toujours pas dans notre collectivité. Que dire de l’entrisme des cabinets de conseils de l’État, qui sont dénoncés dans le livre « Les infiltrés », et qui ont aujourd’hui leurs entrées auprès de l’exécutif. 

Alors oui nous sommes, nous, des vrais décentralisateurs et c’est pour cela que nous aurions préféré que vous alliez sur l’article 1er de la Constitution. Cet article 1er qui dit notre République est indivisible, laïque, démocratique et sociale et que la France a une organisation décentralisée. 

Je ne reviendrai pas sur votre laïcité électoraliste, mais vous oubliez toutes les péréquations, vous ne voyez dans la reprise de l’organisation indivisible et sociale prévue par la Constitution que quelque chose à ignorer et vous ne supporter que les inégalités. C’est pour cela que nous ne prendrons pas part au vote sur le voeu proposé par l’UDI.

Play Video